Le Vietnam et la Nouvelle-Zélande veulent approfondir leurs échanges commerciaux de fruits

Jeudi, 07 avril 2022 à 12:50:20
 Font Size:     |        Print
 

La séance de travail entre les deux parties. Photo : nongnghiep.vn

Nhân Dân en ligne – Le Vietnam et la Nouvelle-Zélande accompliront dans les meilleurs délais les formalités nécessaires pour développer leurs échanges commerciaux de fruits.

Le 6 avril, le 2e Dialogue de haut niveau sur l’agriculture entre le Vietnam et la Nouvelle-Zélande a eu lieu en ligne, en présence du vice-ministre vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural, Lê Quôc Doanh, et du directeur général du ministère néo-zélandais des Industries primaires (MPI), Ray Smith.

Les deux parties ont affirmé que le renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine de l’agriculture constituait la clé permettant d’atteindre leur objectif de 2 milliards de dollars d’échanges commerciaux en 2024. L’objectif a été fixé dans le cadre du Programme d’action sur la mise en œuvre du partenariat stratégique entre le Vietnam et la Nouvelle-Zélande pour la période de 2021 à 2024.

Selon le vice-ministre Lê Quôc Doanh, la bonne direction du gouvernement vietnamien dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 a permis au secteur agricole de surmonter les difficultés et d’enregistrer des succès remarquables. « Après la pandémie, le commerce mondial des produits agricoles se rétablira, ce qui engendrera de nouvelles opportunités pour les pays qui adoptent des stratégies et des politiques adéquates. Dans ce contexte, le Vietnam souhaite renforcer sa coopération avec la Nouvelle-Zélande dans l’agriculture », a-t-il annoncé.

« L’agriculture joue un rôle crucial pour nos deux économies. Le Vietnam et la Nouvelle-Zélande sont tous les deux de grands producteurs et exportateurs de produits agricoles. Nos marchandises sont complémentaires au lieu d’être concurrentielles. J’espère que nous collaborerons plus étroitement, afin d’approfondir notre coopération », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Ray Smith a déclaré que le Dialogue de haut niveau sur l’agriculture entre les deux pays était une bonne occasion pour discuter de la coopération bilatérale dans la construction d’une agriculture durable et dynamique post-épidémique. D’après lui, l’événement contribue à créer une motivation pour les projets de coopération existants et à faire croître les échanges commerciaux bilatéraux, ce qui est conforme aux objectifs donnés par les deux Premiers ministres dans la Déclaration commune sur le partenariat stratégique entre le Vietnam et la Nouvelle-Zélande.

Les deux parties se sont également engagées à collaborer efficacement, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’agriculture, améliorer la sécurité sanitaire alimentaire, appliquer de nouvelles technologies au service de l’agriculture et renforcer le développement rural.

À l’heure actuelle, le ministère néo-zélandais des Industries primaires aide le ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural à mener plusieurs projets dans les domaines de la quarantaine phytosanitaire, de l’épidémiologie vétérinaire et de la certification électronique des produits alimentaires, agricoles et sylvicoles.

En outre, dans le cadre du Programme d’aide publique au développement de la Nouvelle-Zélande au Vietnam, plusieurs autres projets sont en cours de réalisation, tels que : le projet de développement des variétés de fruits haut de gamme dans la province de Tiên Giang, le projet de la sécurité des barrages Vietnam — Nouvelle-Zélande, dans la région du Centre, et le projet de production des légumes sains, dans la province de Binh Dinh.

Ray Smith a fait savoir : « Nous voulons accomplir dans les meilleurs délais les formalités autorisant l’importation de certains fruits des deux pays sur le marché de l’autre partie pour que les consommateurs vietnamiens aient la chance de goûter les fraises et les citrouilles néo-zélandaises et que les citrons et les pamplemousses vietnamiens soient présents dans les rayons de notre pays ».

À ce sujet, Lê Quôc Doanh a rappelé que les deux pays avaient signé un programme favorisant l’importation pour les mangues (en 2011), les fruits du dragon (en 2014) et les ramboutans (en 2018). « Les organismes de protection phytosanitaires des deux pays mènent des négociations en ce qui concerne l’importation des citrons et des pamplemousses vietnamiens vers le marché néo-zélandais. J’espère que dans les temps à venir, la Nouvelle-Zélande donnera son feu vert pour l’orange, la mandarine et le longane du Vietnam », a-t-il déclaré.

En 2021, les échanges commerciaux entre le Vietnam et la Nouvelle-Zélande ont atteint 1,56 milliard de dollars, soit une hausse de 14 % en glissement annuel. Actuellement, le Vietnam est le 15e plus grand partenaire commercial de la Nouvelle-Zélande.

NDEL