Une usine de valorisation énergétique des déchets construite avec l’aide du Japon

Lundi, 03 janvier 2022 à 16:16:21
 Font Size:     |        Print
 

La cérémonie de mise en chantier du projet. Photo : baodautu.vn

Nhân Dân en ligne – Une usine de valorisation énergétique des déchets solides ménagers vient d’être mise en chantier dans la province de Bac Ninh, grâce aux investissements japonais.

Le projet est mis en place par la société T&J, une joint-venture entre la société vietnamienne de Thuân Thanh et JFE Engineering Corporation (membre du groupe japonais JFE Holding), dans le village de Cuu Yên, de la province de Bac Ninh.

L’usine s’étendra sur une surface de 4,8 hectares et aura une capacité quotidienne de 500 tonnes. L’investissement total s’élève à 58 millions de dollars, dont 18 millions de dollars sont octroyés par le ministère japonais de l’Environnement, 30 millions de dollars sont financés par la Société financière internationale (IFC) sous forme de prêt, et le reste est prélevé sur le fonds de contrepartie du maître d’ouvrage. Une fois mise en service au cours du quatrième trimestre de 2023, cette usine fournira 100 millions de kWh par an au réseau national d’électricité.

Un projet de pointe de la province de Bac Ninh

Le vice-président du Comité populaire de Bac Ninh, Dao Quang Khai, a fait savoir qu’il s’agissait d’un des quatre projets prioritaires de traitement de déchets solides de la province. D’une population de 1,4 million de personnes et avec 16 zones industrielles, Bac Ninh génère chaque jour 1 000 tonnes de déchets ménagers solides. Seule la moitié est traitée, mais par des incinérateurs peu efficaces qui ne permettent pas la récupération d’énergie et le contrôle des émissions de polluants. Ainsi, l’usine de T&J contribuera à régler ce problème.

Lors de la cérémonie de mise en chantier, l’ambassadeur japonais au Vietnam, Yamada Takio, a estimé que cette usine était un projet exemplaire manifestant la profonde amitié qui unit le Japon et le Vietnam. Il a dit espérer que les autorités de Bac Ninh continueraient de soutenir les entreprises japonaises qui investissent dans la province. Il s’est également déclaré convaincu que ce projet deviendra un modèle de coopération dans la production d’énergie verte à partir de déchets pour les autres collectivités locales vietnamiennes.

Lors de la dernière visite officielle au Japon du Premier ministre Pham Minh Chinh, les deux pays ont affirmé leur volonté de développer le partenariat public-privé dans de nombreux domaines. Les deux parties se sont mises d’accord sur un plan commun de coopération visant la neutralité carbone vers 2050. Par ailleurs, le gouvernement japonais compte utiliser le Mécanisme de crédit conjoint (JCM) dans des projets avec le Vietnam pour que le soutien accordé dans ce cadre soit correctement comptabilisé comme des réductions d’émissions.

Selon le vice-ministre japonais Ooka Toshitaka, le Premier ministre japonais a affirmé que le Japon continuera d’aider le Vietnam à atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050.

Le projet de construction de l’usine de T&J a été envisagé lors de la première Semaine de l’environnement Japon-Vietnam, en 2019. La cérémonie de lancement du projet a eu lieu dans le cadre de la deuxième Semaine de l’environnement Japon-Vietnam l’année suivante en présence des vice-ministres de l’Environnement des deux pays.

En novembre 2021, dans le cadre d’une série d’activités de promotion d’investissement entre les deux gouvernements, le mémorandum de coopération sur ce projet a été signé, en présence du Premier ministre Pham Minh Chinh et des dirigeants des deux pays à Tokyo.

« Ce projet d’énergie renouvelable basé sur le mécanisme JCM est un exemple de l’approfondissement des relations d’amitié entre les deux pays », a annoncé l’ambassadeur Yamada Takio.

Vers la réduction des émissions de CO2

Selon le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, le Vietnam rejette chaque année 25 millions de tonnes de déchets ménagers solides, dont 30 % sont soit incinérés, soit utilisés pour produire des engrais, les 70 % qui restent sont enterrés. Sans mesures de traitement adéquates, les déchets constituent une source de pollution nocive.

La Stratégie de développement des énergies renouvelables du Vietnam vers 2030 et sa vision pour 2050 ont pour objectif d’augmenter le taux de valorisation énergétique à partir des déchets à 70 % en 2030 et à 100 % en 2050.

Dans sa stratégie de gestion générale des déchets solides vers 2025, le Vietnam vise à ce que 100 % des déchets urbains et des déchets industriels solides ne seront plus dangereux et que 50 % des déchets solides au milieu urbain et 50 % des déchets solides dans les villages de métiers seront traités, recyclés et énergétiquement valorisés de manière adéquate, sans affecter l’environnement.

« L’usine de T&J permettra de réduire de 600 000 tonnes les émissions de gaz à effet de serre par an. Nous souhaitons multiplier ce modèle dans les autres collectivités locales vietnamiennes et contribuer à la neutralité carbone du Vietnam », a déclaré le directeur général de JFE Engineering Corporation, Hajime Oshita.

Le directeur de l’IFC en charge du Vietnam, du Laos et du Cambodge, Kyle Kelhofer a indiqué : « Utiliser les déchets comme une source énergétique propre est une bonne solution pour le traitement de déchets au Vietnam. De plus, la valorisation énergétique à partir des déchets lui permettra de convertir rapidement sa trajectoire de croissance vers la neutralité carbone. Par ailleurs, le financement de l’IFC pour une société privée de traitement de déchets contribuera à promouvoir la participation du secteur privé au règlement des questions environnementales ».

Étant d’un des plus grands groupes mondiaux dans le domaine de la valorisation énergétique à partir de déchets, JFE Engineering Corporation enregistre un chiffre d’affaires annuel de 35 milliards de dollars. Elle est présente dans de nombreux pays tels que l’Italie, l’Allemagne, la Malaisie, la Chine, Singapour et le Myanmar.

NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: