Pourquoi le Vietnam est plébiscité par les investisseurs internationaux

Jeudi, 24 mars 2022 à 08:41:43
 Font Size:     |        Print
 

Le Vietnam devrait doubler sa taille économique d'ici 2030. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Dans l’aperçu d’une page de son livre à paraître, The Time Traveling Economist, Charlie Robertson explique pourquoi le Vietnam coche toutes les cases nécessaires pour échapper à la pauvreté, atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire et converger vers les niveaux de richesse des marchés développés.

Pourquoi le Vietnam est-il si favorisé par les investisseurs mondiaux, qu’il représente 25% de tout l’argent mondial investi dans les actions Frontier, alors que le Vietnam n’est qu’un (5%) des 22 pays de l’indice MSCI Frontier ?

Premièrement, le Vietnam accorde une grande importance à l’éducation. La grande majorité des gens le font dans tous les pays, mais le Vietnam avait déjà atteint plus de 80% d’alphabétisation des adultes dans les années 1980, devant la Chine dans les années 1990 et l’Inde dans les années 2010.

Tout pays a besoin de 70 à 80% pour s’industrialiser et le Vietnam a des décennies d’avance non seulement sur les marchés émergents traditionnels, mais aussi sur les marchés frontières comme le Nigeria ou le Pakistan où le nombre est encore d’environ 60%.

De plus, les dirigeants du pays - peut-être inspirés par les racines communistes qui ont toujours donné la priorité à l’éducation - ont également encouragé une forte concentration sur l’éducation au niveau secondaire et universitaire.

Il y a près d’une décennie, le Vietnam comptait déjà 125 000 étudiants dans des universités à l’étranger, avec la 8e plus grande représentation nationale de tous les pays dans les universités américaines. La grande majorité ramène au Vietnam ces compétences durement acquises.

L’industrialisation ne nécessite pas seulement une population sachant lire et écrire. Il est vital que les usines aient aussi de l’électricité. Là encore, le Vietnam est bien en avance sur tant de pairs.

Les dernières données pour 2018 montrent que la consommation d’électricité par habitant était supérieure au Mexique ou à l’Égypte, et plus du double de celle de l’Inde ou de l’Indonésie. On estime que les pays ont besoin de 300 à 500 kWh d’électricité par habitant pour s’industrialiser. Le Vietnam avait dépassé ce niveau en 2005, il y a près d’une génération.

Selon Robertson, le troisième élément clé de la réussite économique est de récolter les bénéfices du dividende démographique. Lorsque le taux de fécondité d’un pays tombe en dessous de trois enfants par femme, les parents cessent de dépenser tout leur argent pour nourrir leurs enfants et commencent à économiser de l’argent pour investir dans leurs enfants. Les dépôts bancaires commencent à exploser, et cela s’accompagne d’un boom des prêts bancaires.

Ainsi, alors que les pays à forte fécondité ont de petits secteurs bancaires (environ 20% du PIB) et un coût d’emprunt élevé à deux chiffres, le Vietnam, avec un taux de fécondité de deux enfants par femme, a des dépôts supérieurs à 100% du PIB et des taux d’intérêt bas.

Dans le même temps, la part des adultes dans la population est élevée et le financement bon marché pour créer des infrastructures et des investissements dans le secteur privé soutient la création d’emplois.

Le Vietnam connaît le point idéal du dividende démographique et le fera pendant de nombreuses années à venir, même si des pays comme la République de Corée commencent à vieillir de façon assez spectaculaire d’ici 2030.

Le pays exporte maintenant beaucoup plus par habitant que la Chine. En 2021, le Vietnam avait affiché le troisième excédent commercial mondial avec les États-Unis, devant l’Allemagne et le Japon, et seulement derrière la Chine et le Mexique.

Son salaire minimum compétitif est toujours la moitié de celui de la Chine, mais devrait augmenter dans les années à venir, ajoutant du carburant à une amélioration de la demande intérieure.

Robertson prévoit également que la monnaie commencera à se renforcer progressivement dans les années à venir, comme l’ont fait l’Allemagne ou le Japon au XXe siècle ou le yuan chinois depuis 2005.

Le Vietnam devrait doubler sa taille économique d’ici 2030, et à la valeur actuelle, être une économie dont le PIB dépassant le billion de dollars d’ici 2040, et une économie de 1,7 billion de dollars d’ici 2050, de taille similaire à celle où se trouve actuellement la République de Corée, le top 10 des économies mondiales.

VNA/NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: