L’économie privée veut contribuer davantage au pays

Samedi, 10 avril 2021 à 13:53:59
 Font Size:     |        Print
 

Dans l’usine automobile de Vinfast à Hai Phong (au Nord-Est du Vietnam). Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Le secteur privé a connu ces dernières années un fort développement tant en ampleur qu’en envergure, et est devenu une composante importante de l’économie vietnamienne. Selon les prévisions, ses contributions au PIB national passeront de 42% actuellement à 60% en 2030.

Conscient de l’importance du secteur privé, le Parti communiste du Vietnam a promulgué en 2017 la Résolution No10 mettant l’accent sur la nécessité d’en faire un moteur de l’économie de marché à orientation socialiste. Ces trois dernières années, on a observé un vrai essor de ce secteur qui joue un rôle important pour atteindre les objectifs économiques fixés jusqu’en 2030 et vision 2045. Le Premier ministre vietnamien Nguyên Xuân Phuc a souligné à plusieurs reprises la volonté du gouvernement de favoriser les activités des entreprises privées.

Éveiller la force du secteur privé

Selon les données du ministère du Plan et de l’Investissement, fin 2020, le pays recensait plus de 800.000 sociétés privées opérant selon la Loi sur les entreprises et plus de 5,4 millions de foyers commerciaux. Le secteur privé emploie 85% du total des travailleurs du pays et représente 42% du PIB national, 30% des rentrées budgétaires de l’État, et selon les prévisions, il représentera 60% du PIB national en 2030.

Organisé en mars dernier, le "Dialogue 2045", une rencontre directe entre le chef du gouvernement et les entreprises nationales, a enthousiasmé le milieu des affaires du secteur privé qui souhaite obtenir plus d’opportunités afin de contribuer davantage au développement du pays.

D’après Dô Minh Phu, président du conseil d’administration de la Banque par actions Tiên Phong, les entreprises privées participent non seulement aux industries utilisant une main-d’œuvre simple, mais elles peuvent aujourd’hui réaliser de grands ouvrages et participer aux étapes complexes de la technologie. Le secteur privé se fait connaître par nombre de groupes économiques puissants tels que Vingroup, Sun Group, FPT, T&T Group, Thaco, Vietjet, TH True Milk, Masan...

De nombreux établissements réalisent des chiffres d’affaires d’exportations de plusieurs millions de dollars, contribuant pour une part importante à la croissance économique du pays, à la création d’emplois et donc à l’assurance du bien-être social. Dans la lutte contre le COVID-19, nombre d’entreprises ont conjugué leurs efforts avec le gouvernement, les ministères et branches pour vaincre l’épidémie.

En parlant de l’expansion de Vinfast (membre de Vingroup) et ses contributions à l’industrie automobile nationale, Vo Quang Huê, représentant de Vingroup, affirme qu’avec plus de 20 mois après le lancement de sa première voiture sur le marché, Vinfast est fier d’avoir à ce jour environ 40.000 véhicules utilisés par les Vietnamiens. "Ce résultat est un exploit en soi. Mais ce miracle n’est possible que si nous avons le désir de réaliser de grandes choses pour le pays, d’avoir le courage de penser, d’oser faire et de ne pas reculer devant les difficultés", affirme M. Huê.

Besoin d’un soutien du gouvernement

Pour atteindre l’objectif de devenir un pays développé d’ici 2045 à revenu élevé, il faut que le pays se concentre sur une forte réforme institutionnelle, un fort développement des sciences et technologies, une percée en matière de productivité du travail et de compétitivité nationale, et notamment une montée en puissance de l’économie privée. D’après Vo Quang Huê, pour s’agrandir et contribuer mieux au développement du pays, les entreprises privées, en plus de leurs propres efforts, ont besoin des soutiens et encouragements du gouvernement, de l’État et des habitants.

Pour sa part, Truong Gia Binh, président de FPT Corporation, grande société dans le domaine technologique, déclare que si le pays veut voir une croissance miraculeuse d’ici 2045, il est nécessaire de promouvoir davantage le rôle de l’économie privée afin qu’elle devienne un véritable moteur de croissance. "Le gouvernement doit avoir confiance en la communauté des entreprises privées et lui créer des conditions favorables à son développement", propose Truong Gia Binh.

"Par conséquent, si des opportunités leur sont données, les entreprises privées réussiront à mener à bien les tâches difficiles qui leur sont confiées", affirme Dô Minh Phu, soulignant que pour profiter entièrement de la force du secteur privé, il est également nécessaire de lui réserver ces droits : égalité avec le secteur public, être protégé, encouragé, et honoré.

D’après les analyses de Dô Thiên Anh Tuân, professeur du Programme d’enseignement d’économie Fulbright (partenaire de l’Université d’économie de Hô Chi Minh-Ville et de la Harvard Kennedy School), il y a 25 ans, la croissance économique du Vietnam était à un niveau, plutôt élevé, de 9,3% par an. Cependant, après ce pic, en raison de l’impact de la crise économique mondiale, elle a ralenti. Ces dernières années, un taux constant d’environ 7% par an a su aider le Vietnam à figurer parmi les économies affichant une croissance la plus élevée au monde, et à être considéré par la communauté internationale comme une étoile montante.

"Et si le Vietnam arrive à maintenir un taux moyen de 7% par an dans les années à venir, il pourrait s’approcher des normes des pays à revenus élevés vers 2045”, prévoit-il, sans oublier d’insister sur le rôle des acteurs privés. “Je crois que le Vietnam aura de plus en plus d’excellents hommes d’affaires dans le secteur privé, aux pensées osées, à la forte volonté de s’engager et à la détermination d’agir pour servir le pays", conclut-il.

VNA/NDEL