L’UNICEF appelle à sensibiliser le public pour mettre fin au silence de la violence domestique

Mercredi, 06 juillet 2022 à 20:59:56
 Font Size:     |        Print
 

La représentante du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) au Vietnam, Rana Flowers. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne – Le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales, en collaboration avec les organes des Nations Unies au Vietnam, l'Agence australienne pour le développement international (Australian Aid) a lancé le 5 juillet à Hanoi une campagne de sensibilisation "Cœur vert 2022" afin de mettre fin à la violence dans un contexte de risques croissants et de formes de violence de plus en plus diversifiées.

La campagne envoie un message fort à la communauté de tolérance zéro pour les violences contre les enfants et les femmes.

Rana Flowers, représentante du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) au Vietnam, a déclaré à la presse que cette campagne vise à transmettre le message : la violence est un comportement inacceptable. À l'heure actuelle, la violence à l'égard des femmes et des enfants reste un problème dont de nombreuses personnes ainsi que les victimes elles-mêmes n'ont pas parlé.

Elle a souligné que la campagne pourrait également aider les victimes et les communautés à parler de la violence contre les femmes et les enfants.

Elle a indiqué la cause de ce problème concernant le besoin de contrôle chez les femmes et les hommes. C'est le besoin de contrôler les enfants et les membres de la famille qui conduit à l'abus et à la violence domestique.

Les études de l'UNICEF ainsi que les pratiques et les lois internationales ont prouvé que la violence comportementale est inacceptable en toutes circonstances et sur toutes les bases.

En vue de pouvoir aider à mettre fin à la violence contre les femmes et les enfants, ces dernières années, les agences onusiennes ont mené de nombreuses activités pour soutenir les femmes et les enfants au Vietnam et mettre fin à la violence domestique, a-t-elle dit.

Elle a souligné la nécessité de cesser de garder le silence au tour de la violence et ne pas signaler les cas de violence contre les femmes et les enfants, tout en encourageant les victimes ainsi que la communauté à signaler la violence, tout en exigeant une attitude de tolérance zéro envers la violence de la part de la communauté.

Tous les membres de la société, les communautés, les agences gouvernementales, les ministères, les départements et les secteurs doivent agir ensemble pour pouvoir soutenir les femmes et les enfants, a-t-elle insisté.

Ces agences onusiennes ont soutenu le développement d'un contingent de travailleurs sociaux dans la communauté pour reconnaître et identifier les cas de violence contre les femmes et les enfants et avoir des interventions appropriées, le conseil aux victimes ainsi qu'aux témoins de violence, les juges afin qu'ils puissent prendre des décisions sur les protections spéciales pour les femmes et les enfants.

Les agences onusiennes ont également soutenu la communauté en sensibilisant le public pour mettre fin au silence sur la violence contre les femmes et les enfants, en vue de les protéger.

VNA/NDEL