Un journal français loue la mise au point par le Vietnam d'un vaccin contre la PPA

Vendredi, 10 juin 2022 à 09:57:40
 Font Size:     |        Print
 

Le vaccin Navet-ASFVAC de la Compagnie nationale par actions de médecine vétérinaire (Navetco) contre la peste porcine africaine. Photo: VNA

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam annonce avoir mis au point, en partenariat avec des chercheurs américains, un vaccin à administrer aux porcs pour lutter contre la peste porcine africaine (PPA), une première mondiale. Cette réalisation du Vietnam contribuera à repousser cette épizootie dévastatrice pour le bétail, selon le quotidien Le Figaro.

Le vaccin vietnamien, qui a été développé depuis 2020 en partenariat avec des experts américains, apporte un grand espoir au secteur de l’élevage du Vietnam et du monde.

Le 3 juin dernier, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a annoncé qu'après plus de deux ans de recherche et de production, le vaccin Navet-ASFVAC de la Compagnie nationale par actions de médecine vétérinaire (Navetco) contre la peste porcine africaine s'est vu remettre la licence de circulation commerciale. Cinq essais cliniques ont eu lieu. "La durée d'immunité est de six mois", a déclaré le vice-ministre Phung Duc Tiên. Son innocuité et son efficacité ont été confirmées par le service de recherche agricole relevant du département américain de l'Agriculture, a-t-il précisé.

La peste porcine africaine, inoffensive pour l'homme mais dévastatrice pour le bétail, a été détectée pour la première fois au Vietnam en février 2019. Depuis, le pays a dû abattre des millions de têtes. Jusqu'à présent, aucun vaccin commercial n'était disponible dans le monde pour prévenir cette maladie.

Bien que l'épidémie de peste porcine se soit calmée au Vietnam, permettant aux agriculteurs de reconstituer leurs élevages, le virus continue de faire des ravages dans certaines régions du monde. Entre janvier 2020 et avril 2022, plus de 1,1 million de cas, signalés dans 35 pays répartis sur les cinq continents, ont été répertoriés chez des porcs domestiques, d'après les données de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

VNA/NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: