ONU Femmes et le Japon lancent un projet pour réduire les impacts du COVID-19 sur les femmes

Mercredi, 03 août 2022 à 15:00:20
 Font Size:     |        Print
 

Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - ONU Femmes Vietnam et l'ambassade du Japon ont annoncé le 2 août un projet d'un an visant à réduire les risques et les impacts négatifs du COVID-19 sur les femmes et les filles.

Le projet vise à soutenir environ 5.000 femmes pauvres et vulnérables dans neuf villes et provinces : Hanoï, Dà Nang, Diên Biên, Hà Tinh, Hô Chi Minh-Ville, Tiên Giang, Nghê An, Thai Binh et Lào Cai.

Les cibles prioritaires sont les femmes menacées de violence, les personnes handicapées, les travailleurs migrants, les minorités ethniques, les personnes travaillant dans le secteur informel et celles vivant dans des zones sujettes aux catastrophes.

En plus de recevoir les kits de prévention COVD-19, qui comprennent des kits de test, des masques médicaux et du gel antibactérien, les bénéficiaires seront également dotées des compétences nécessaires pour prévenir et répondre au COVID-19, aux catastrophes, à la violence sexiste et s'informer sur les services d'assistance disponibles.

Les femmes victimes de violence prises en charge dans les refuges et la maison de la paix seront soutenues dans les examens médicaux et le traitement de la COVID-19.

Le projet fait partie d'un projet régional de près de 20 milliards de dongs (855.800 dollars) mis en œuvre dans quatre pays du Mékong, à savoir le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam par ONU Femmes Asie-Pacifique, avec le soutien financier du gouvernement japonais.

Les interventions sont également conçues pour améliorer la qualité des services sensibles au genre et la capacité du personnel travaillant dans les centres de ressources pour migrants, l'Union des femmes du Vietnam à tous les niveaux, les organisations sociales dans les neuf villes et provinces.

En raison de la COVID-19, le taux d'activité des femmes a chuté de 8 points entre 2019 et 2021, passant de 70,9 % à 62,3 %. Le COVID-19 a contribué à une réduction des heures de travail des femmes et à la perte d'emplois dans l'industrie et les services. Une évaluation rapide menée par l'UNICEF, le FNUAP et ONU Femmes avec le soutien du Département australien des affaires étrangères et du commerce (DFAT) en 2021 a révélé que les femmes et les enfants en particulier étaient plus à risque pendant la période d'isolement social. L'étude a révélé qu'au Vietnam, plus d'une femme sur trois a subi au moins une forme de violence pendant la période pandémique, un plus grand nombre de femmes déclarant avoir subi des comportements de contrôle et de la violence économique.

"De nouvelles preuves au cours de l'année écoulée ont confirmé que la pandémie avait un effet régressif sur l'égalité des sexes", a déclaré Elisa Fernandez Saenz, représentante nationale d'ONU Femmes Vietnam. "Tout au long de la pandémie de COVID-19, au Vietnam, de nombreuses femmes ont souffert de la perte d'emploi, d'une réduction des revenus du ménage, d'un logement inadéquat, d'un manque de soutien et de services vitaux, de mesures de protection sociale limitées, ainsi que d'un stress accru à la maison, ainsi que de niveaux élevés et inacceptables de violence entre partenaires intimes.

"Nous espérons que ce projet offrira une opportunité de restructuration et de création d'une" nouvelle normalité "dans laquelle personne ne sera laissé pour compte", a déclaré Sasaki Shohei, deuxième secrétaire de l'ambassade du Japon au Vietnam.

En tant que représentante des partenaires locaux du projet, Hoàng Thi Thu Huong, présidente de l'Union des femmes de Da Nang, a déclaré : « L'Union des femmes de Dà Nang, qui représente neuf villes et provinces participant au projet, apprécie hautement le soutien opportun d'ONU Femmes dans la lutte contre le genre réponses. Il est essentiel de fournir aux femmes, en particulier aux groupes les plus défavorisés et les plus vulnérables, des informations et des fournitures de prévention du COVID-19, en particulier dans le contexte où la pandémie est toujours en cours avec de nombreuses personnes qui ont peut-être baissé leur garde. »

VNA/NDEL