Inhumation des restes du Héros des Forces armées populaires Nguyên Van Lâp Kostas Sarantidis

Mardi, 02 août 2022 à 21:02:42
 Font Size:     |        Print
 

Cérémonie de commémoration à la maison funéraire de la 5e zone militaire. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne – Les cérémonies de commémoration et d’inhumation des restes du Héros des Forces armées populaires Nguyên Van Lâp Kostas Sarantidis ont eu lieu le 2 août à la maison funéraire de la 5e zone militaire et au cimetière de la 5e zone militaire, à Dà Nang (au Centre du Vietnam).

Ces cérémonies ont été organisées par la permanence du Comité du Parti, le commandement de la 5e zone militaire et la famille du défunt.

Le Grec Kostas Sarantidis, de nom vietnamien Nguyên Van Lâp, un témoin de l’histoire, un soldat de l’Oncle Hô, le seul étranger sacré Héros des Forces armées populaires du Vietnam, est décédé le 25 juin 2021, à Athènes, à l’âge de 94 ans.

Selon la volonté du Héros des Forces armées populaires Nguyên Van Lâp Kostas Sarantidis de son vivant, le gouvernement vietnamien s'est coordonné avec son homologue grec et sa famille pour transférer ses restes au Vietnam. Dans la soirée du 1er août, à l'aéroport international de Da Nang, le général de brigade Truong Thien To, commissaire politique adjoint de la 5e zone militaire, a présidé la réception de ses restes.

Kostas Sarantidis est né en 1927 d’une famille ouvrière au nord de la Grèce. En 1943, quand il était âgé de 16 ans, il a été enrôlé de force pour être envoyé en Allemagne pour servir le régime fasciste de Hitler. Il a réussi à s’échapper en Yougoslavie et a mené une vie précaire dans les trains circulant le long de la frontière yougoslave-grecque.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il tenta en vain d’être rapatrié en Grèce car il n’avait aucun papier d’identité. Sans aucun moyen de subvenir à ses besoins, il fut attiré dans la Légion étrangère française et transféré en Indochine pour participer au désarmement des Japonais.

Cependant, dès son arrivée à Saigon en 1946, il vit de ses propres yeux l’oppression de la population locale par les troupes coloniales françaises et décida de passer dans les rangs du Viêt Minh où il devint soldat de l’Oncle Hô.

Il s’est vu décerner de nombreuses distinctions honorifiques du Parti et de l’État pour ses exploits militaires. En janvier 2011, il a reçu l’Ordre de l’amitié et la nationalité vietnamienne des mains du Président de l’époque, Nguyên Minh Triêt.

Le premier passeport vietnamien délivré par la première ambassade du Vietnam en Grèce porte le nom du citoyen Nguyên Van Lâp. En 2013, il s’est vu décerner le titre de Héros des Forces armées populaires par le Président de l’époque, Truong Tân Sang.

Il vivait avec sa famille à Athènes, en Grèce.

VNA/NDEL