Opportunités du développement de satellites au Vietnam

Samedi, 04 septembre 2021 à 19:34:32
 Font Size:     |        Print
 

Le satellite vietnamien NanoDragon « made-in-Vietnam ». Photo : VietnamNet.

Nhân Dân en ligne - Dans l’ère du fort développement des sciences et technologies dans le monde d’aujourd’hui, le développement des sciences et technologies spatiales au Vietnam visant à répondre aux besoins de la 4e Révolution industrielle, ainsi qu’à s’orienter vers l’industrialisation et modernisation du pays, fait face actuellement à divers opportunités et défis.

Le 4 février 2021, la Stratégie pour le développement et l’application des sciences et technologies spatiales jusqu’en 2030 a été approuvée avec les objectifs généraux, à savoir l’application des réalisations des sciences et technologies spatiales ; l’investissement ciblé dans un certain nombre de domaines liés à la défense et à la sécurité nationales, à la gestion des ressources naturelles et de l’environnement, à la surveillance et au sauvetage pour réduire les dommages causés par les catastrophes naturelles ; la fourniture d’une variété de services aux citoyens.

Le développement et l’application des sciences et technologies spatiales contribuent également à améliorer le potentiel scientifique et technologique du pays, à assurer l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale, à promouvoir le développement de tous les aspects socio-économiques et d’autres intérêts nationaux.

Le docteur Lê Xuân Huy, directeur général adjoint du Centre spatial du Vietnam (relevant de l’Académie des Sciences et des Technologies du Vietnam) a déclaré que le Parti communiste et de l’État vietnamiens accordaient une grande attention au développement des sciences et technologies spatiales dans le temps à venir, ce qui créait de nombreuses opportunités de développement pour les scientifiques, les industriels, les entreprises et les acteurs de ce domaine.

Le secteur spatial du Vietnam a connu des jalons importants dans son développement. Plus précisément, Pham Tuan était le premier astronaute asiatique à voler dans l’espace en 1980. La Stratégie de recherche et de développement des technologies spatiales jusqu’en 2020 a été approuvée par le Gouvernement vietnamien en 2006.

Le Vietnam a disposé de son premier satellite de télécommunications « VINASAT-1 » en 2008. Le projet de construction du Centre spatial vietnamien s’est mis en chantier en 2012. Le premier satellite vietnamien de télédétection « VNREDSat-1 » (avec un poids d’un kg) s’est mis en orbite en 2013. Dans la même année, a été fabriqué « PicoDragon », le premier satellite entièrement fabriqué par le Vietnam.

Au début de 2019, l’équipe de 36 ingénieurs vietnamiens a produit le satellite « MicroDragon » avec un poids de 50 kg, en coordination avec des professeurs japonais dans la conception. Notamment, le satellite vietnamien « NanoDragon » serait lancé vers 07h48 à 07h59 le 1er octobre 2021 (heure vietnamienne).

Les satellites du Vietnam ont apporté de nombreux avantages au développement socio-économique, y compris la surveillance environnementale et météorologique, la cartographie, la prévision et l’évaluation de l’impact des changements climatiques, etc.

Dans le secteur agricole, en utilisant des données satellitaires à large portée, à haute fréquence et à haute résolution, le volume accru d’informations contribuera au suivi de la riziculture et des phénomènes naturels liés à l’agriculture tels que la sécheresse et les dommages causés par la salinisation.

En ce qui concerne le secteur forestier, l’utilisation de données satellitaires non seulement contribue à la réduction du temps et des coûts associés par rapport à la collecte sur site, mais aide également à collecter des données sur l’état de la végétation forestière locale dans les zones reculées et lointaines.

La stratégie pour le développement et l’application des sciences et technologies spatiales à l’horizon 2030 se concentre sur les solutions vers le développement des ressources humaines, à savoir la création et la modernisation d’au moins 5 établissements de formation ; le développement du programme de formation et l’élaboration des normes de sortie pour les majors de l’aéronautique et des vols spatiaux ; le renforcement des groupes de recherche, dont environ 5 groupes sur les sciences spatiales et 15 groupes sur les technologies spatiales ; l’organisation de cours de formation intensifs sur les compétences pour l’élaboration de politiques, la mise en œuvre de la gestion de l’État et l’encouragement aux start-ups axées sur l’innovation dans le domaine des sciences et technologies spatiales.

NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: