Vietnam

Hôi An et My Son autorisés à accueillir les touristes étrangers à partir de novembre

Jeudi, 04 novembre 2021 à 10:01:46
 Font Size:     |        Print
 

Une vue de l'ancienne cité de Hôi An. Photo : vneconomy

Nhân Dân en ligne - Les autorités de la province de Quang Nam (au Centre du Vietnam) prévoient d'autoriser les touristes étrangers à visiter la vieille ville de et le sanctuaire de My Son, deux sites reconnus par l'UNESCO en tant que patrimoines culturels mondiaux, et à séjourner dans des stations balnéaires désignées à partir de novembre.

Le Service provincial de la culture, des sports et du tourisme vient de soumettre à l'administration de Quang Nam un projet de plan en trois phases pour se rouvrir au tourisme international.

Concrètement, pour la première phase, à partir de novembre, la province lancera des programmes de voyage à forfait pour accueillir des invités internationaux. Ils seront autorisés à visiter la vieille ville de Hôi An et le sanctuaire de My Son, un complexe de temples et tours en brique et en pierre construits entre les IVe et XIIIe siècles.

Trois établissements d'hébergement cinq étoiles, Hoiana Resort, TUI BLUE Nam Hôi An et Vinpearl Resort & Golf Nam Hôi An, et deux attractions touristiques que sont VinWonders Nam Hôi An et Vinpearl Golf Nam Hôi An seront autorisés à les accueillir.

Pour la deuxième phase, à partir de janvier 2022, les autorités provinciales élargiront la liste des stations balnéaires et des destinations touristiques autorisées.

Dans la troisième phase, la localité rouvrira complètement au tourisme international. Elle sera mise en œuvre en fonction de la situation épidémique et de l'évaluation des résultats des deux premières.

Les voyageurs internationaux devront présenter un certificat de vaccination anti-COVID-19 avec deux doses reconnues par l'autorité compétente au Vietnam ; des résultats de test négatifs au SARS-CoV-2 par RT-PCR ou méthode antigénique dans les 72 heures avant le départ ; et une assurance médicale ou de voyage qui couvre le traitement du COVID-19 avec une responsabilité minimale de 50.000 USD.

VNA/NDEL