Mme Raymonde Dien, une grande amie du Vietnam, est décédée

Nhân Dân en ligne – Mme Raymonde Dien, membre du PCF, un symbole de l'esprit de combat anticolonial et de la guerre injuste en Indochine, une amie intime et fidèle du peuple vietnamien a rendu son dernier souffle le 19 août 2022, à l'âge de 93 ans.

Mme Raymonde Dien, une amie intime et fidèle du peuple vietnamien. Photo : Huy Thang/Journal Nhân Dân.
Mme Raymonde Dien, une amie intime et fidèle du peuple vietnamien. Photo : Huy Thang/Journal Nhân Dân.

Sa vie est une preuve de l’amour indéfectible et de la loyauté envers le pays et le peuple vietnamiens.

Née le 13 mai 1929 à Mansigné, une commune située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, dans l'ouest de la France, Raymonde Dien a hérité de la tradition de la lutte pour la paix dans une famille dont le père était un membre du Parti communiste français (PCF).

Elle s’est lancé donc rapidement aux activités politiques et sociales, et est devenue membre du PCF à l'âge de 18 ans.

Cette femme communiste est connue du peuple vietnamien et du monde entier en se sacrifiant pour bloquer un train transportant des armes vers le Vietnam.

Dans les années 1950, les Français de tout le pays participèrent activement au mouvement anti-guerre mené par les colonialistes français au Vietnam et en Indochine. Les travailleurs de nombreux grands ports français se sont mis en grève pour protester contre l'envoi d'armes et de soldats français au Vietnam.

Des amis communistes français, dont Raymonde Dien, ont répondu activement à ce mouvement en descendant dans la rue pour demander la paix au Vietnam.

Le 23 février 1950, en apprenant qu'un train, transportant des chars et des armes vers l'Indochine pour commettre des crimes, passera par la ville de Saint Pierre des Corps, la Fédération du PCF d'Indre et Loire a appelé les travailleurs, les femmes et les jeunes à l’arrêter.

Quelques heures plus tard, Raymonde Dien, avec des centaines d'autres membres et sympathisants du PCF étaient présents à la gare de Saint-Pierre-des-Corps pour ralentir la marche du train militaire.

La foule occupa la voie de chemin de fer, certains manifestants se couchant sur les rails, dont Raymonde Dien en première ligne. Le train a alors dû s'arrêter à quelques mètres devant elle.

Après cet événement, Raymonde Dien a été arrêtée, traduite en justice et emprisonnée à Tours pendant près d'un an.

Lorsqu'on lui a demandé ce qui la motivait, une petite femme de 21 ans à l'époque, à faire un acte aussi courageux, Raymonde Dien a gentiment répondu : "Je ne souhaite que faire quelque chose de spécial pour arrêter le train et faire comprendre le peuple français la nature de la guerre".

Depuis lors, aux côtés de ses amis du PCF, elle a toujours soutenu le peuple vietnamien dans la lutte contre les colonialistes français et les impérialistes américains, participant activement aux activités de lutte pour la paix au Vietnam.

Mme Raymonde Dien, une grande amie du Vietnam, est décédée ảnh 1

Le Président Hô Chi Minh recevant Raymonde Dien et Henri Martin à Hanoi, en novembre 1956. Photo : Archives/NDEL.

En 1956, lors de sa première visite au Vietnam, elle a été accueillie par l'Oncle Hô, une rencontre touchante qu'elle évoque souvent à chaque occasion.

En 2004, elle est revenue au Vietnam pour la deuxième fois à l'occasion du cinquantenaire de l’anniversaire de la victoire de Diên Biên Phu.

Dans cette même année, le 2 septembre 2004, Mme Raymonde Dien s’est vue attribuer la Médaille de l'Amitié décernée par l'État du Vietnam.

Jusqu'aux dernières années de sa vie, malgré sa santé fragile, elle participa à des événements sur le Vietnam, notamment des activités de soutien aux victimes de l'agent orange et des infortunés vietnamiens.

Mme Raymonde Dien est décédée, laissant un profond chagrin dans le cœur des amis français et vietnamiens.

Son image d'une grande amie, qui réserve toujours un amour éternel au Vietnam, existera toujours comme un témoignage de la relation et de l'amitié entre les peuples français et vietnamien.