Thu Nghia, une valeur sûre du pencak silat vietnamien

Nhân Dân en ligne - À 23 ans, Quàng Thi Thu Nghia fait partie des artisans du succès du pencak silat du pays. Depuis début 2022, elle a brillé dans toutes les compétitions internationales auxquelles elle a participé.
Thu Nghia, un espoir du pencak silat vietnamien. Photo : CVN
Thu Nghia, un espoir du pencak silat vietnamien. Photo : CVN

Quàng Thi Thu Nghia est une sportive qui porte souvent chance à son équipe de pencak silat, un art martial d’Asie du Sud-Est qui regroupe de techniques de combat diverses avec des éléments de danse. En mai dernier, elle a ouvert la moisson de médailles d’or de la sélection nationale aux 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31), disputés au Vietnam. Thu Nghia n’avait rencontré aucune difficulté à balayer tous ses rivaux pour s’assurer une place en finale.

Deux nouveaux titres internationaux

La Malaisienne Siti Rahmah Binti Mohamed Nasir fut le dernier obstacle avant de monter sur la plus haute marche du podium. Battre l’expérimentée Nasir n’était pas chose aisée, mais Thu Nghia a gagné 39-32 et a fondu en larmes quand elle a été sacrée championne.

"Nous nous étions bien préparés pour ces jeux, mais mes rivaux aussi. Je n’avais aucune idée de ma performance. La médaille d’or a été une surprise et une grande récompense pour moi, surtout à domicile sous les yeux de ma famille et de mes voisins", a confié Thu Nghia.

Elle a accompli son devoir avec brio. Sa victoire était de bon augure pour le Vietnam qui a dominé le classement par nations avec six médailles d’or, deux d’argent et cinq de bronze en pencak silat.

Deux mois après les SEA Games 31, Thu Nghia a défendu avec succès son titre mondial en Malaisie. Elle a de nouveau battu Nasir 60-35 en finale. Derrière elle, cinq autres sportifs ont empoché des titres tandis que 15 autres ont obtenu des médailles d’argent et de bronze. Le Vietnam s’est classé troisième au classement final par nations.

Thu Nghia, une valeur sûre du pencak silat vietnamien  ảnh 1

Thu Nghia (gauche) en compétition aux SEA Games 31 disputés en mai dernier au Vietnam. Photo : CVN

Thu Nghia est née en 1999 dans une famille de la minorité ethnique Thai dans la commune de Chiêng Pan, district de Yên Châu, dans la province de Son La (Sud).

Elle a découvert son potentiel sportif à 14 ans lorsqu’elle a été poussée à pratiquer le saut en hauteur en raison de sa taille.

"C’était quand j’avais 14 ans, et les entraîneurs m’ont demandé de rejoindre l’équipe d’athlétisme de notre province. Mais après quelques mois de formation, je n’ai montré aucun progrès. Mes résultats n’étaient pas ceux attendus", s’est souvenue Thu Nghia.

"Les entraîneurs ont alors estimé que je pouvais pratiquer des disciplines qui nécessitaient de la force physique, alors, lorsque l’équipe de pencak silat a recruté des membres, j’ai changé de sport et je pratique cet art martial depuis. C’était une étape importante de ma vie", a-t-elle expliqué.

Il lui a fallu un peu de temps pour s’intégrer au nouvel environnement, aux coéquipières et aux programmes de formation.

"J’ai dû recommencer depuis le début avec de nouvelles techniques, compétences et exercices. Après environ trois mois, j’ai appris les mouvements difficiles et j’ai progressivement perfectionné ma technique", a-t-elle déclaré.

Elle n’abandonne jamais sa passion

Les douleurs et les blessures sont courantes dans les arts martiaux et sports de combat comme le pencak silat. Thu Nghia en a subi pendant sa pratique. C’était pénible et fatigant, et plusieurs fois elle a pensé à abandonner et à rentrer chez elle pour travailler aux champs avec sa famille.

"Heureusement, j’ai reçu le soutien et les encouragements de la part de mes entraîneurs, parents et amis. Ils m’ont donné une force énorme pour continuer et persévérer", a-t-elle confié.

"Mon père ne voulait pas que je fasse du sport parce qu’il craignait que ce soit dur pour une fille. Cependant, il est maintenant mon plus grand fan. Il parle rarement, mais ses gestes me font comprendre qu’il est fier de moi. C’est l’une des raisons qui me poussent à continuer", a-t-elle ajouté.

Deux ans plus tard, Thu Nghia est devenue membre de l’équipe nationale junior et a rejoint la sélection nationale en 2017.

En 2018, elle a décroché à la surprise générale l’or dans la catégorie féminine des moins de 75 kg au championnat d’Asie, organisé en Inde, et au championnat du monde à Singapour.

En 2019, elle a défendu avec succès son titre asiatique en Chine et a fait partie du Top 3 au championnat du monde.

"Nous avons apprécié sa contribution au sport provincial et au pencak silat en particulier. Elle est notre fierté", a partagé Lê Hông Quân, directeur adjoint du Centre d’entraînement et de compétition sportive de Son La.

Thu Nghia aura une dernière tâche majeure cette année lorsqu’elle participera aux Jeux sportifs nationaux en novembre dans la province de Quang Ninh, au Nord. Une médaille d’or sera une fin heureuse pour la fille de 23 ans qui estime que ses efforts seront bien récompensés.

VNA/NDEL