Le renforcement des cadres politiques pour l’agenda Femmes, Paix et Sécurité au menu d’experts

Nhân Dân en ligne - Le ministère vietnamien des Affaires étrangères, en coordination avec l’Entité de l’ONU pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), a organisé lundi 28 mars à Hanoi un séminaire international en présentiel et en ligne sur les "Plans nationaux d’action pour les femmes, la paix et la sécurité : expériences internationales et recommandations pour le Vietnam".

La représentante d’ONU Femmes au Vietnam, Elisa Fernandez Saenz lors du séminaire. Photo : VNA.
La représentante d’ONU Femmes au Vietnam, Elisa Fernandez Saenz lors du séminaire. Photo : VNA.

Dô Hung Viêt, assistant du ministre des Affaires étrangères et chef du Département des organisations internationales du ministère des Affaires étrangères a souligné que cet événement est très nécessaire pour renforcer les mécanismes et les cadres politiques de mise en œuvre de l’agenda Femmes, Paix et Sécurité.

Il a également souligné les engagements et politiques cohérents du Vietnam et ses réalisations dans la promotion de la mise en œuvre de l’agenda Femmes, Paix et Sécurité ; notamment à travers sa mandature de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU en 2020 - 2021 et ses progrès vers l’accomplissement des Objectifs de développement durable.

Les plans nationaux d’action pour la mise en œuvre de l’agenda ont été élaborés et mis en œuvre dans 98 pays membres de l’ONU. Ces documents ne sont pas juridiquement contraignants, mais aident à relier, à orienter et à coordonner les efforts au niveau national pour promouvoir le rôle des femmes et des filles dans le processus de paix, a-t-il indiqué.

Dans cette optique, étudier les plans nationaux d’action ouvre une nouvelle direction pour poursuivre les initiatives du Vietnam au Conseil de Sécurité de l’ONU, promouvoir son rôle actif et affirmer ses engagements forts en faveur de l’égalité des sexes en général et des femmes, de la paix et la sécurité en particulier, a-t-il affirmé.

La coordonnatrice résidente par intérim de l’ONU au Vietnam et représentante de l’UNICEF, Rana Flowers, a déclaré que les plans nationaux d’action pour la mise en œuvre de l’agenda peuvent être un puissant instrument de soutien aux efforts actuels de le gouvernement vietnamiens dans le renforcement de la protection et de l’autonomisation des femmes dans toutes les sphères de la vie sociale.

Selon elle, les plans nationaux d’action contribueront à accroître l’attention et l’action sur les nombreux besoins de sécurité des femmes vietnamiennes, notamment face aux défis émergents tels que la pandémie de Covid-19 et les changements climatiques.

Appréciant le rôle pionnier du Vietnam dans le maintien de la paix, l’assurance de la protection humanitaire efficace pour les femmes et les filles dans les conflits et les crises, Rana Flowers a fait savoir que le Vietnam a déployé 75 militaires, dont 15 femmes, à la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS) et à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA).

La représentante d’ONU Femmes au Vietnam, Elisa Fernandez Saenz, a déclaré que le développement des plans nationaux d’action aidera le gouvernement vietnamien à identifier les priorités et les opportunités à l’avenir, et en même temps, à synchroniser les politiques pertinentes et à créer une cohérence entre les stratégies nationales telles que la Stratégie nationale sur l’égalité des sexes pour la période 2021 - 2030, le Plan national d’action pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

L’agenda Femmes, Paix et Sécurité est constitué d’un ensemble de 10 résolutions, notamment la résolution 1325 « Femmes, Paix et Sécurité » adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU le 31 octobre 2000 a dont l’objectif était d’accroître la participation des femmes à la prévention et au règlement des conflits, ainsi qu’à la consolidation de la paix.

Neuf autres résolutions, adoptées depuis la résolution 1325, mettent l’accent, d’une part, sur l’importance de la participation des femmes aux mécanismes de résolution des crises, de stabilisation et de reconstruction et, d’autre part, sur la prévention, la lutte contre l’impunité et la protection des femmes contre les violences sexuelles comme armes de guerre.