Le Vietnam progresse dans l’Indice de la faim dans le monde 2019

Nhân Dân en ligne – Le Vietnam a fait des progrès considérables dans le rapport de l’Indice de la faim dans le monde 2019 (GHI) élaboré par l’agence humanitaire irlandaise Concern Worldwide et l’organisation allemande Welt Hunger Hilfe, avec un score plus élevé que d’autres pays en Asie du Sud-Est.

Photo d'illustration : http://soyte.hanoi.gov.vn
Photo d'illustration : http://soyte.hanoi.gov.vn

En effet, le pays a gagné 2 rangs pour se classer au 62e rang sur 119 pays évalués cette année, dépassant d’autres pays voisins comme le Myanmar (69e), l’Indonésie (70e), les Philippines (71e), le Cambodge (77e) et le Laos (87e).

Cependant, le Vietnam se trouve toujours derrière la Thaïlande (46e) et la Malaisie (57e). Le GHI n’a pas évalué Singapour car sa population est peu importante.

Les résultats du GHI 2019 sont basés sur une formule qui regroupe trois dimensions de la faim – un apport calorique insuffisant, la sous-nutrition infantile et la mortalité infantile – mesurées par quatre indicateurs : la sous-alimentation, l’émaciation infantile, le retard de croissance infantile et la mortalité infantile. La notation va de 0 à 100 points, 0 étant le meilleur score (pas de faim) et 100 le pire, même si aucun de ces deux cas ne se vérifie en réalité.

Le GHI du Vietnam est descendu de 28,3 en 2000 à 15,3 en 2019. Le taux de sous-alimentation du Vietnam a baissé de 24,3% en 2000 à 9,3% en 2019. Le taux d’émaciation a diminué de 9% à 6,4% tandis que le taux de retard de croissance infantile de 42,9% à 24,6% durant la même période.

Selon le rapport, le gouvernement vietnamien a effectué des mesures visant à réduire la malnutrition et la pauvreté. L’année dernière, le Vietnam a lancé le programme « Sans famine » qui se concentrait sur l’amélioration de la nutrition et la production alimentaire durable dans le but de diminuer les taux de sous-alimentation et de retard de croissance infantile.

Récemment, la Banque mondiale (BM) et le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) ont appelé le Vietnam à accentuer ses efforts pour lutter contre la malnutrition des enfants en soutenant des programmes vietnamiens de nutrition.

Selon l’UNICEF, 230 000 enfants vietnamiens de moins de cinq ans souffrent chaque année d’une sous-nutrition sévère qui est le facteur majeur causant un taux élevé de mortalité infantile.