Tous les enfants des zones frontalières de HCM-Ville scolarisés

Nhân Dân en ligne - Le Service municipal de l'Éducation et de la Formation et les forces militaires frontalières de HCM-Ville ont récemment organisé un bilan préliminaire sur leur coordination dans la lutte contre l'analphabétisme, la généralisation de l'éducation primaire et le développement des centres éducatifs communautaires pour la période 2012 - 2016.

Ce programme a permis d'atteindre de pleins résultats en termes de scolarisation des enfants de moins de 6 ans à l'école. Photo: VNA.
Ce programme a permis d'atteindre de pleins résultats en termes de scolarisation des enfants de moins de 6 ans à l'école. Photo: VNA.

Nguyên Tiên Dat, vice-directeur dudit Service, a déclaré que ces dernières années, la lutte contre l'analphabétisme et l'universalisation de l'enseignement primaire dans les zones frontalières ont abouti à des résultats positifs qui ont contribué à la stabilité socioéconomique et à l’efficacité des politiques du Parti et de l'État pour les zones frontalières et les îles.

Ce programme a permis d'atteindre de pleins résultats en termes de scolarisation des enfants de moins de 6 ans à l'école, notamment de susciter les décrocheurs à revenir en classe et d’améliorer les niveaux d'alphabétisation.

Parallèlement, dans la période 2012 - 2016, les deux acteurs ont mis en service six nouveaux centres d'apprentissages communautaires en zone frontalière. Les activités de ces établissements ont attiré quelques milliers de personnes. Il s’agissait d’activités concernant la santé, les droits, la consultation en matière d’économie familiale et la communication sur la souveraineté du pays sur ses îles.

Concrètement, 74 personnes ont été instruites, et 143 personnes poursuivent des formations continues. Enfin, de nombreuses formations en technologies de l’information ont été ouvertes.

À l’avenir, ces deux unités continueront de réaliser les tâches suivantes : recenser les enfants en âge de scolarisation, orienter les analphabètes vers l’école, lutter contre l’abandon des études.

En outre, elles organiseront des formations professionnelles pour enrichir les connaissances et les compétences scientifiques des agriculteurs, et diversifieront les programmes des enseignements.