Une Hanoïenne donne vie à l’argile

Nguyên Thi Nhu Quynh, née en 1988 à Hanoï, est connue pour sa capacité à créer des fruits et légumes miniaturesréalistes avec de l’argile. Rencontre.
Nhu Quynh, créatrice de produits miniatures fabriqués à partir d’argile.Photo : TT/CVN.
Nhu Quynh, créatrice de produits miniatures fabriqués à partir d’argile.Photo : TT/CVN.

Nhu Quynh peut créer des choux, des carottes, des courges, des concombres, des aubergines, des oignons mais aussi des citrons, des bananes, des raisins ou des papayes.

Il y a environ dix ans, elle avait regardé un tuto sur YouTube pour fabriquer des bonbons à partir d’argile. Intriguée, elle a commencé par faire des recherches sur le net pour en savoir plus sur ces petits produits.

“J’ai aimé tout de suite et je me suis lancée avec passion”, se souvient Nhu Quynh. Au début, ses réalisations n’étaient pas parfaites. Cependant, grâce à un travail régulier durant un ou deux ans, ses produits en argile ont trouvé une âme.

Des soins minutieux pour chaque œuvre

Nhu Quynh a passé en effet beaucoup de temps à observer légumes, tubercules et fruits pour en tirer de l’expérience et s’améliorer sans cesse.

Décidant de poursuivre son passe-temps consistant à fabriquer ces miniatures, Nhu Quynh a dû faire face à de nombreuses difficultés dont le manque de matières premières.

“Je devais commander sur des sites étrangers ou demander à des amis de m’aider même si les prix étaient élevés”, déclare-t-elle.

Une Hanoïenne donne vie à l’argile  ảnh 1

Créations de Nhu Quynh. Photo : Minh Thu/CVN.

YouTube fut une bible pour elle.

Elle a passé également beaucoup de temps à rechercher et référencer des images de nourriture en ligne et dans la vraie vie pour pouvoir perfectionner ses œuvres originales afin qu’elles soient les plus réalistes possibles.

“Créer une œuvre minuscule nécessite des techniques méticuleuses, passant par de nombreuses étapes. J’avais toujours du mal à atteindre une grande précision par rapport aux images réelles”, confie Nhu Quynh.

“En moyenne, chaque modèle que je réalise demande quatre ou cinq heures de travail, certains peuvent aussi me prendre quelques jours. Je travaille principalement sur des modèles de fruits et légumes car j’ai une passion et une aspiration particulière pour ce type d’aliment. Parfois, je fais des poupées, mais je suis toujours plus encline à la nourriture”, explique la Hanoïenne.

Selon elle, l’étape la plus difficile est la mise en forme, c’est tout un savoir-faire. Trouver l’authenticité du produit prend parfois une journée entière avec des produits difficiles. Les poupées en argile ou les ensembles alimentaires élaborés font partie des produits qu’elle trouve difficiles et qui prennent le plus de temps à fabriquer.

“Les poupées en argile sont difficiles à réaliser. Je dois me référer à de nombreuses images pour trouver l’inspiration. Des expressions faciales aux mouvements de mes personnages, je déploie beaucoup d’efforts pour rendre le produit vraiment émouvant et vivant”, détaille Nhu Quynh

Petits produits et grand amour

Nhu Quynh a partagé ses créations sur les réseaux sociaux et reçu des centaines de milliers de “J’aime”, de partages et de bons commentaires.

La plupart des gens ont exprimé leur intérêt et leur admiration pour le dynamisme du produit et l’ingéniosité de l’auteur, ce qui lui a donné la motivation pour créer plus de produits.

Les petits objets créés par Nhu Quynh sont principalement utilisés à des fins d’exposition. Quelques-uns sont vendus à des jeunes collectionneurs ou utilisés comme cadeaux pour ses amis dans le pays et à l’étranger.

Partageant le plan de commercialisation de ses miniatures, Nhu Quynh révèle : “J’ai reçu des invitations à coopérer sur des projets d’ouverture d’expositions ou de commerces, mais je n’ai pas encore accepté parce que je manque de temps et je veux garder l’âme de mes petits objets”.

Au total, Nhu Quynh a fabriqué plus de 1 000 miniatures de tailles variables.

Elle veut continuer à se lancer dans les défis en réalisant des modèles de plus en plus difficiles.

“J’ai souvent des moments de découragement ou des manques d’inspiration. Je dois toujours m’inspirer de belles œuvres, cela signifie beaucoup pour moi”, conclut-elle.